Mbare/Kabgayi : Message du Nonce Apostolique à la fête patronale de la Cité Nazareth, Saint pape Jean Paul II

Mbare/Kabgayi : Message du Nonce Apostolique à la fête patronale de la Cité Nazareth, Saint pape Jean Paul II

Discours du Nonce Apostolique, Mgr Andrzej Józwowicz, pour la fête de la Cité Nazareth (Mbare, le 20 octobre 2018 )

Excellence Mgr. Smaragde, Évêque de Kabgayi et Président du Conseil d’Administration de la Cité Nazareth de Mbare,
Révérend Abbé Aumônier de la Cité et membre du Conseil d’Administration,
Révérende Sœur Drocella, Directrice Générale de la Cité Nazareth,
Chères Sœurs de la Congrégation des Abizeramariya,
Chers Professeurs, élèves, mamans et volontaires,
Chers amis,

Yezu Akuzwe !

Je suis particulièrement heureux d’être parmi vous aujourd’hui pour célébrer avec vous cette solennelle Eucharistie au cours de laquelle plusieurs d’entre vous vont recevoir le sacrement du baptême, de la confirmation et de l’initiation chrétienne.
Avec l’abbé In Je, nouveau Secrétaire de la Nonciature Apostolique, nous désirons vous remercier pour cette occasion d’être ensemble avec vous pour participer à cette journée de fête de votre patron et fondateur de la Cité Nazareth, le Pape Saint-Jean-Paul II.

Chers Amis, je voudrais vous rappeler qu’en cette année où nous sommes, il s’est déjà écoulé 40 ans depuis l’élection du Pape Saint Jean Paul II, patron et fondateur de votre Cité de Nazareth. Il a été élu Pape le 16 octobre 1978, le premier Pape non-Italien depuis 455 ans, c’est-à-dire, depuis le temps du Pape Adrien VI qui a régné de 1522 à 1523. St. Jean Paul II a été le premier Pape polonais de toute l’histoire de l’Église. Son pontificat a connu une durée de 26 ans, 5 mois et 17 jours, le troisième plus long pontificat de l’histoire. Le 1er mai 2011 il a été proclamé Bienheureux par son successeur, le Pape Benoît XVI, et on le fête actuellement le jour de sa prise du Siège, le 22 octobre ; enfin, il a été canonisé par le Pape François le 27 avril 2014.

Chers jeunes, le Saint Pape Jean Paul II lors de sa rencontre au Stade national « Amahoro » de Kigali le 8 septembre 1990 avec les jeunes rwandais dont certains aujourd’hui peuvent encore s’en souvenir alors qu’ils sont peut-être maintenant vos parents, a prononcé ces paroles : « Pour reprendre votre manière de parler, un « Sage » nous enseigne que, si l’on veut changer le monde et le rendre meilleur, il faut commencer par se changer soi-même. Ce « Sage » n’est nul autre que Jésus-Christ. Et c’est en son nom que je vous parle maintenant. Le Christ est votre ami ; il vous aime. Essayez de mieux Le connaître, Lui et son Évangile. Une des paroles les plus importantes de Jésus et que j’aime répéter aux jeunes est celle-ci : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6). Pierre avait bien compris que Jésus était le seul véritable Maître de Sagesse qui soit digne d’être écouté et suivi sans aucune retenue : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 69).

C’est vrai ! Le Christ nous trace un chemin qui conduit à la vérité dont vous avez soif. Mais pour avancer sur ce chemin, il faut garder les yeux ouverts pour voir la lumière. Au fond, sur le chemin de la vie, nous ressemblons tous un peu à l’aveugle dont nous parle l’Évangile. Comme lui, aussi longtemps que nous ne voyons rien, nous demeurons malheureux et nous crions de peur. C’est pourquoi, lorsque Jésus demande à l’aveugle Bartimée : « Qu’est-ce que tu veux que je fasse pour toi ? », la réponse est venue immédiatement : « Rabbouni, redonne-moi la vue ! » Et l’Évangile ajoute : « Et aussitôt il recouvrit la vue et se mit à le suivre sur la route » (Mc 10, 46-52)

Donc, pour entreprendre le chemin de la vie, il faut voir ; et la lumière que Jésus nous donne pour voir et le suivre, c’est la foi. Vous avez posé cette question : « C’est quoi la foi ? » La foi c’est quelque chose qui nous permet de poser sur les personnes et le monde le même regard que celui de Dieu. Elle approfondit et agrandit notre vision et nous oriente dans la vie.

La foi, chers amis, est un don de Dieu ; vous l’avez reçue lors de votre baptême et certains d’entre vous la recevront aujourd’hui grâce aux sacrements de l’initiation. La foi est un trésor qu’il faut faire fructifier. Il faut vivre le message du Christ. Méditez-le, soit seuls ou en groupes, dans vos mouvements. Suivant l’exemple de Marie, gardez toujours la Parole de Dieu que vous avez entendue bien vivante dans votre cœur. Partagez-la avec d’autres et priez ensemble pour être forts, généreux et persévérants. Servez-vous de vos talents de jeunes au cours des assemblées eucharistiques de votre paroisse et aussi pour construire votre propre avenir et celui de votre pays. Un avenir de paix fondé sur la miséricorde et le pardon réciproque.

Tous les ouvriers de l’Évangile forment ensemble une foule immense en cheminement, le Peuple de Dieu, qui s’appelle l’Église. Le Christ a confié l’Église naissante aux mains d’un groupe de douze personnes : les Apôtres. Et pour leur Chef il a choisi l’un d’entre eux : Pierre. Il lui a confié une mission bien spéciale de fondation : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 18). Les chrétiens sont les autres pierres vivantes de cet édifice spirituel. Jésus a promis à Pierre qu’Il prierait pour lui pour que sa foi ne défaille pas.
De nos jours ce sont les Évêques qui ont succédé aux Apôtres. Le rôle du Pape, Évêque de Rome, est tout à fait le même que celui de Pierre dans le collège des Apôtres : il consolide ses frères dans la foi. Le Pape Jean Paul II est venu au Rwanda précisément pour vous confirmer dans la foi !

Chers amis, j’ai souvent l’impression que certains d’entre vous se sentent déroutés dans leur foi à cause des sectes. C’est quoi qui pousse les gens vers les sectes ? Parfois c’est la recherche d’une communauté dont l’on ressente la chaleur de l’accueil et un soutien. Aussi parfois c’est la recherche de ministres qui offrent une réponse de façon très personnelle à ce dont l’on ressent le besoin. D’autres fois il s’agit de la recherche d’un enseignement proclamé avec autorité. Mais c’est justement dans l’Église que l’on trouve les réponses à toutes ces attentes. C’est elle qui a reçu du Christ le message du salut. C’est à nous, chers amis, de faire bien fructifier les richesses qui nous ont été confiées ! S’il-vous-plaît, ne vous trompez pas sur votre chemin de foi. Faisons attention à respecter la liberté de chacun parce que la liberté est nécessaire à l’acte de foi. Le vrai dialogue n’est possible seulement qu’avec ceux qui répandent leur message en respectant la liberté de conscience de chacun.

Chers jeunes, comme l’a dit le Pape François lors du récent Synode des évêques consacré aux jeunes : « vous pouvez aussi réaliser de grandes choses, en prenant généreusement sur vous-mêmes de grandes responsabilités, pourvu que vous reconnaissiez l’action miséricordieuse et toute-puissante de Dieu dans vos propres vies. Entre votre passé et votre futur, il y a aussi le présent bien concret qu’il faut vivre. L’on ne peut pas vivre sans un projet de « vie » ; si on ne se retire pas complètement de la dimension du « reality show » où l’on ne rencontre que des personnes qui n’ont aucun projet. Ce n’est pas ça la vraie vie. Il s’agit plutôt de présenter des situations artificielles totalement inventées pour satisfaire aux besoins des producteurs de programmes télévisés. Le Pape nous demande de quitter cet encadrement trompeur afin de pouvoir nous insérer dans une histoire vraie qui élargit les horizons de notre vie en toutes ses dimensions.

Chers Amis, Je voudrais quand même souhaiter à tous les élèves, les professeurs, le personnel autant religieux que laïque, de vivre une année scolaire sereine et profitable pour tous. Devenez toujours davantage une famille qui vit l’accueil, le quotidien, l’intériorité au service de la vie, de sorte que les tout-petits, les garçons et les filles, tous les jeunes qui passent en ce lieu, puissent découvrir la valeur de la vie, goûter sa beauté, et apprendre à accueillir les éventuelles épreuves comme des occasions pour grandir.

Je vous prie de prendre au sérieux ces exigences et de ne pas gaspiller ce magnifique cadeau que le Seigneur confie à chacun de vous. Cultivez ensemble une relation d’amitié avec la Vierge Marie et ayez une grande confiance envers votre Mère du Verbe “Nyina wa Jambo” de Kibeho.
C’est bien volontiers que j’accorde à tous ceux qui sont ici présents la Bénédiction Apostolique.

ImanaIbahemueseUmugisha !