Zaza (16-06-2017) : Clôture nationale de la semaine de l’Education catholique-édition 2017.

« Il n’est plus temps d’appeler une école catholique un centre scolaire mais ‘une famille’ »

Dans la cérémonie de clôture de la semaine de l’éducation catholique qui a eu lieu sur le terrain du petit Séminaire de Zaza (du diocèse de Kibungo), vendredi le 16 juin 2017, différents messages livrés ont convergé sur la valeur d’une école catholique qui, en principe, prend racine dans la famille.

Dans son homélie, l’Evêque du lieu, Monseigneur Antoine Kambanda a rappelé que l’école catholique s’inspire de la Sainte Famille de Nazareth, le reflet des valeurs fondamentales et éducatives promues par l’Eglise Catholique. « L’Eglise s’engage dans l’éducation car c’est une mission divine qui lui est confiée.  » a-t-il indiqué.
Pour Mgr Kambanda, la vraie école commence en famille qui est le berceau de toute éducation humaine. « Tout au long de sa croissance, l’enfant a besoin de connaissance et d’apprentissage. En synergie, les parents se mettent ensemble, se font aider par le Gouvernement ou s’appuient de l’Eglise pour trouver des enseignants forts et capables  » a-t-il expliqué.

Les éducateurs et les enfants sont appelés à être responsables

Monseigneur Antoine Kambanda a demandé aux éducateurs d’être conscients de leur délicatesse mission. « Vous n’êtes pas des mercenaires, mais plutôt des serviteurs au service de Dieu », a-t-il dit. Selon l’Evêque, les éducateurs ne devraient jamais s’abuser de cette incroyable conscience qu’est l’enfant “ créée à l’image de Dieu”. « Ces enfants dans vos mains, ils sont à Dieu. Ce sont, des frères et des sœurs de Jésus. Au dernier jour (du jugement) vous n’allez point le regretter….Jésus vous dira, venez fidèles serviteurs, soyez à mes côtés, quand j’ai été enfant vous m’avez fait grandir  » a-t-il souligné.

Par ailleurs, l’Evêque a demandé aux parents et aux éducateurs d’être attentifs aux soucis et besoins des enfants. « Ils ne sont pas là par hasard, mais pour une mission particulière. Il n’y a point un enfant qui soit idiot ou intelligent en tout. Chacun a son génie à défléchir, à découvrir, à grandir. C’est cela votre mission, pousser l’enfant à se découvrir et à connaitre sa vraie vocation : grandir en sagesse, en stature, grandir en grâce devant Dieu et devant les hommes » a-t-il dit.
Quant aux enfants, Mgr Kambanda leur a demandé d’imiter Jésus, le modèle parfait d’apprenti. « Jésus était un enfant qui apprenait beaucoup en famille. Chers enfants quand vous le priez, souvenez-vous qu’il fut aussi enfant comme vous », leur a dit.

Mgr Kambanda a insisté sur le fait que l’école catholique doit être un socle de solidarité et de vivre avec les autres, un lieu d’apprentissage des valeurs évangéliques et humaines, un lieu de dépassement de toute idéologie de haine ou de division, ou d’égocentrisme ou d’individualisme.

Selon Abbé Antons Prikulis, Secrétaire de la Nonciature Apostolique au Rwanda, reprenant les paroles du Pape François, l’éducation est génératrice de l’espérance. « Et le véritable éducateur transmet comme un père et une mère vie capable d’avenir », a-t-il dit dans son message.

Certains enfants sont énormément victimes des conflits familiaux malgré eux. « Faites en sorte que cela cesse », a plaidé M. Alphonse Nshimiyimana qui a parlé au nom des parents. Cependant, il a demandé aux enfants d’avoir souvent une petite dose d’entendement. Il leur a expliqué que si jamais ils sont punis, cela n’est pas contre leur droit mais plutôt pour leur bien. Pour Alphonse, il n’est plus temps d’appeler l’école catholique un centre scolaire, mais plutôt il faut la renommer “une famille”. Car l’enfant sort d’une famille pour aller dans une autre famille ».

M. Alphonse Nshimiyimana a parlé au nom des parents

Une famille saine et sans conflits pourvoie à l’éducation requise.

Dr Michel Rwibasira, Directeur adjoint de ‘Rwanda Education Board’, parlant au nom du Ministre de l’Education, a souligné que seules les familles saines et sans conflit sont aptes de pourvoir à une éducation excellente. « Les enfants ont besoin d’affection et de compréhension, sinon « nous crayons des kamikazes. La seule famille capable d’éduquer l’enfant est celle qui évite dans la mesure du possible des conflits », a-t-il dit. Cependant, il n’a pas manqué de demander aux enfants d’observer les instructions de leurs éducateurs et des conseils de parents, d’être unis et solidaires à l’école et au travail. Selon Dr Michel, les enfants doivent aussi imposer leur respect en évitant les drogues, la paresse, l’ennemi de tout développement. « Vous êtes des parties prenantes de la société, mariez ce que vous apprenez en classe avec ce qui se passe dans la société, en famille, dans le quartier », a-t-il recommandé.

Interviewé, plus tard, par la presse, Dr Michel a souligné l’importance de l’Education catholique. «  Nul n’ignore de la qualité des écoles catholiques, parce qu’elles sont organisées, disciplinées et bien gérées  ». Bien qu’elles fassent des efforts, les écoles publiques peuvent bien s’inspirer du modèle catholique et au cas besoin, faire des visites d’étude, a-t-il suggéré.

un peu de rappel

Instituée en 2008 par la Conférence Episcopale du Rwanda (CEPR), la Semaine de l’éducation catholique a pour but d’interpeller les partenaires de l’éducation à être conscients de leur noble mission, et par là, de souligner que l’Eglise s’y engage en tant que missionnaire à la suite de Son Maître Jésus.
Pour l’année 2017, cette semaine de l’éducation catholique s’est célébrée sous le thème particulier : “ A la manière de la première communauté chrétienne, que l’école soit le lieu d’unité et de service” (cfrAA2, 42-47). Elle avait été célébrée d’abord au niveau des paroisses le 2/06, ensuite au niveau des diocèses le 9 juin courant.
Le thème général dont dérivent les thèmes d’une année à l’autre, c’est l’ « Eglise catholique en chantier d’une éducation d’excellence ».

Différentes personnalités ont rehaussé de leur présence ces cérémonies de clôture, du côté de l’Eglise aussi bien que de celui des autorités de l’état. Il y avait notamment leurs excellences Mgr Antoine Kambanda, l’ordinaire du lieu, Mgr Célestin Hakizimana (Evêque de Gikongoro), Mgr Servilien Nzakamwita (Evêque de Byumba) et Mgr Anaclet Mwumvaneza (Evêque de Nyundo).

Les différentes personnalités de l'autorité civile et de l'hiérarchie de l'Eglise présentes à Zaza

Du côté de l’état, étaient présent, Dr Micel Rwibasira, Directeur adjoint de Rwanda Education Board (qui représentait le Ministre de l’Education nationale) ainsi que M. Aphrodis Nambaje, le Maire du district de Ngoma.
JMV Uwitonze